19. janv., 2019

Gilets jeunes

En France, les gilets jaunes défilent chaque samedi. Ils n’en peuvent plus d’avoir élu ceux qu’ils ont élu. Chez nous, le vendredi, ce sont les gilets jeunes. Les élèves n’en peuvent plus des élus que leurs parents ont élus. Ils font la grève des cours, protestant contre l’inaction des autorités en matière d’écologie.

Jaunes, ils s’insurgent contre la surtaxe des carburants. Jeunes, ils  l’exigent. Autres lieux, autres moeurs. Nos jeunes à nous, plus verts que jaunes, se sont organisés grâce aux réseaux sociaux… donc via leur « smartphone » bourré de métaux rares et excitant je ne sais quel lointain serveur dévorant les électrons par lampées. Mais ne chipotons pas! Les jeunes s’engagent. Il faut les encourager… mais leur apprendre aussi – comme aux jaunes – qu’une street parade ne fait pas encore une politique.

Tous ces mouvements, qu’un marxiste dirait de base, inquiètent moins par leurs dommages collatéraux – violences, grèves ou séchage de cours – que par l’incurie crasse qu’ils dénoncent.

En France, on ne supporte plus leurs Excellences trônant à l’Elysée ou à Matignon, des éminences très grises préposées à « faire l’Europe » en défaisant la Nation. Chez nous, c’est la tiédeur que l’on vomit, comme Dieu dans l’Apocalypse. Et le « trouillomètre » toujours en surrégime devant cet autre dieu d’apocalypse tonnant de son Olympe bruxellois.

Gilets jaunes ou jeunes, - et c’est en cela qu’ils sont sympathiques – clament au fond une revendication essentielle: nous voulons décider et non obéir, ni aux idéologies, ni au marché, ni à la cupidité de ceux qu’excite le seul avenir d’un bilan comptable.

Gilets jaunes ou jeunes, - et c’est en cela qu’ils doivent encore apprendre - dénoncent sans annoncer grand chose. Nous avons fait un monde épouvantablement complexe. Il n’y a pas de solution simple pour en faire un autre. Il ne suffit pas que les caciques « dégagent ». Encore faut-il les remplacer… mais on peine à discerner les candidats crédibles.

Cela prendra beaucoup de temps… un temps qui nous est chichement compté.