10. juil., 2021

De la résistance vaccinale de quelques soignants

Le Covid ne semble pas avoir atteint l’âge de la retraite. Ni même celui de la raison. Une sorte de crise d’adolescence plutôt, avec ses boutons d’acné et son acmé émotionnel.

Quelques personnels soignants refusent d’être vaccinés. Cela suffit à déclencher des vagues d’indignation dans les lettres de lecteurs mais aussi chez notre grand timonier, Alain Berset. Des égoïstes irresponsables, voilà l’anathème! En prison! ajoute le président des Philippines.

Avant que de réagir de façon aussi outrée, deux questions devraient trouver réponse.

Primo: les vaccins empêchent-ils de transmettre le virus? Leur efficacité, pour le vacciné, semble intéressante: à peu près 50% de source pessimiste, 80% de source optimiste et un peu davantage de source marketiste, celle de l’industrie pharmaceutique. Mais la transmission? A vrai dire, on n’en sait pas grand chose. Manque de recul sans doute! Se vacciner, c’est se protéger soi-même. Pour les autres, il faut voir.

Secundo: les récalcitrants sont des personnes de l’art. Elles connaissent leur sujet bien mieux que ceux qui les condamnent. Ne serait-il pas intéressant d’entendre leurs voix? Car enfin, ces professionnels piquent mais ne veulent pas subir la piqûre. Ce n’est pas la peur de l’aiguille qui les anime. Il doit y avoir des raisons sérieuses et c’est peut-être le sérieux de ces raisons tues qui tue le débat scientifique, lequel, par nature, procède par confrontation d’arguments. Des arguments qu’on voudrait simplement entendre.

Et c’est ensuite qu’on s’affrontera – loyalement cette fois – sur les questions de liberté, de responsabilité et de contrainte.